mercredi 5 décembre 2018

Chaud effroi...

Je découvre ce matin une réponse du ministère à la question d'un député quant à notre travail, oui vous savez votre double casquette d'enseignant et de Directeur d'école, qui vous fait tant suer, vous épuise, et vous contraint à sautiller d'un métier à l'autre au détriment des deux parce que je ne connais personne capable d'assumer pleinement deux fonctions simultanées. Qui osera me dire en face, à part un syndicaliste borné d'une centrale béate et confite dans la dévotion d'un passé communiste mal digéré, qu'accepter un coup de téléphone en plein cours ne se fait pas au détriment du travail de classe ? Qui osera me dire en face que se faire engueuler parce qu'on n'est RIEN est socialement responsable et humaniste ? Je suis un enseignant comme les autres, moi ? Wouaaah, blagueur !

La question était bateau ("situation difficile", gna gna gna) mais avait le mérite d'avoir été posée, manifestement par un député sympathique mais sans idée de projet. La réponse en revanche... Les bras m'en tombent, et si ça ne vous est jamais arrivé je peux vous assurer que ça fait mal et qu'en plus c'est dégueulasse parce qu'après il faut nettoyer par-terre avec la serpillière et puis frotter. En plus sans bras c'est compliqué, essayez de brosser avec vos dents pour voir...

Blague à part, après une liste balzacienne des bienfaits ministériels envers les Directeurs d'école depuis trois lustres - à vomir de suffisance -, on arrive à deux petites phrases minables... ou pas : "Dans ces conditions, il n'est pas envisagé ce jour de créer un statut de personnel de direction pour les professeurs des écoles assumant cette mission. Le ministère poursuit sa réflexion pour accompagner ces personnels et simplifier l'exercice de leurs missions."

On est dans "50 nuances de Grey" ? Je sais depuis vingt ans qu'être Directeur d'école requière par essence une certaine dose de masochisme - avouez-le, vous aimez qu'on vous fasse mal -, mais de là à me faire "accompagner" (on sait ce que ça donne sur le terrain, ah ah ah !) ou regarder benoîtement "simplifier" mon travail (ah ah ah aussi, quelle poilade !) par une administration qui ne sait que compliquer tout ce qu'elle est sensée faciliter... Bref, circulez, y'a rien à voir.

Admettez qu'avant la "réflexion" que va s'imposer sans conviction en janvier un ministre perché sur son Olympe fort éloigné des réalités des réflexions parentales pourries qu'on m'impose chaque matin, ça la fout mal. Ce que je veux exprimer, c'est que j'attendais un peu un petit quelque chose pas grand-chose mais on peut espérer, et que maintenant j'attends encore moins.

Sauf...

Vous avez voté pour les élections professionnelles ? C'est bien. Parce que ce seront nos responsables syndicaux qui seront conviés à la "table des négociations" (je mets des guillemets parce qu'il n'y a pas grand-chose à bouffer sinon souvent des couleuvres). Moi quand je vois dans les professions de foi que certains syndicats EXIGENT que les Directrices et Directeurs d'école restent "des enseignants comme les autres", ben ça me fait vomir. Vous faites ce que vous voulez, hein. Si vous aimez vous faire taper sur la gueule, si ça vous fait bander, n'hésitez pas et votez SNU ou FO ou SNALC ou SUD ou CGT, vous aurez ce que vous voulez soit une bonne branlée à chacune de vos prochaines rentrées.

Maintenant, nous vous avons écrit ce que nous pensions et les noms des syndicats qui ont une vision similaire ou parallèle à la nôtre : SGEN, SE, SNE, CFTC. Il y a des nuances mais au moins ces gens-là ne veulent pas du statu quo et savent qu'il est impossible d'obtenir un statut pour 50000 dirlos. Y croire encore comme le SNALC, ou plutôt faire semblant d'y croire, c'est vouloir enfoncer un peu plus profond les Directeurs dans leur merde déjà bien noire et puante. Pire, je ne crois pas une seconde qu'ils soient dupes de leur propre bêtise. Il y a là-dedans des intérêts que je préfère ne pas creuser tant ils me débectent.

Nous sommes à la veille de la fin des élections. Faites ce que vous voulez. Mais SURTOUT, ne venez pas dire que le GDiD ne vous aura pas prévenu. Et si vous votez pour des andouilles ne venez pas vous plaindre, du moins pas auprès de moi parce que je saurai vous recevoir.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire