jeudi 26 octobre 2017

Lettre aux membres...

Bonjour à tous!

Depuis cette rentrée, en conséquence de la suppression des AAD , les directrices et directeurs d'école sont particulièrement mobilisés et leur souffrance au travail, si elle n'est pas entendue, est au moins rendue un peu plus visible. De nombreux collectifs s'organisent et la mobilisation dans le Vaucluse en est un bel exemple. Au niveau national, de nombreux départements se mobilisent également, avec des intensités très diverses.

Le problème de la direction d'école, que ces suppressions ont éclairé, est bien dans l'absence de reconnaissance formelle de notre métier. Le GDiD s'efforce depuis sa création de se battre pour cette reconnaissance. Aujourd'hui il est temps de ne plus accepter des mesures en demi-teinte comme le furent ces "aides à la direction" mais bien d'ouvrir le débat de la structure même de l'école, de son pilotage et des réels moyens nécessaires pour un fonctionnement efficace et performant. Les mobilisations pour soutenir les personnes qui occupaient ces contrats aidés doivent se faire, car la façon dont ces personnes ont été gérées est inadmissible, inhumaine, scandaleuse. Il n'empêche que nous devons garder en mémoire que ce n'était qu'une mesure destinée à diminuer les chiffres des demandeurs d'emploi, à remettre des personnes en activité - même précaire -, mais certainement pas destinée à régler le problème de la direction. Le soutien que nous devons leur apporter doit être entier mais notre action doit aussi servir à mettre en lumière nos réelles difficultés et notre besoin de pouvoir travailler dans de bonnes conditions. Il en va de notre santé. La meilleure action à faire, et massivement, c'est bien de remplir des fiches de signalement souffrance au travail et risques psycho pour faire bouger l'administration (fiches RSST destinées au CHSCT).

Nous avons une nouvelle fois écrit au Ministre en demandant une audience pour lui signifier notre grande souffrance et l'informer des mobilisations en cours. Par ailleurs nous organisons avec le Sgen-Cfdt un colloque sur la gouvernance et l'autonomie du premier degré le 15 novembre à Paris. J'espère que cela nous servira à faire prendre conscience de l'écart qui existe entre nous et les autres pays comparables. Dans notre propre pays ce colloque abordera inévitablement les moyens mis à disposition du "pilotage" des structures éducatives.

Il est encore possible de s'y inscrire. Le GDiD prend en charge les frais d'inscription et le repas (on ne peut hélas plus vous aider pour le transport, à part pour ceux qui sont déjà inscrits). Une attestation de présence sera fournie pour le faire valoir sur le temps des 108h. Contactez-moi directement à l'adresse alain.rei@gdid.education.

Bon courage à tous, et bonnes vacances.

Alain REI
Président du GDiD

dimanche 1 octobre 2017

Lettre ouverte des Directrices et Directeurs d'école du GDiD à M. le Ministre de l’Éducation nationale...

Cette lettre fait l'objet d'une pétition en ligne.
Allez la signer sur Change.org !


Monsieur le Ministre,

nous sommes près de 46000 Directrices et Directeurs d'école répartis sur tout le territoire de notre pays. De difficile il y a quelques années, notre situation aujourd'hui est devenue intenable. Nous sommes débordés de tâches chronophages et énergivores, que nous n'arrivons à faire désormais qu'avec les plus grandes difficultés, quand nous arrivons à les remplir.

Si nous sommes Directrices ou Directeurs, Monsieur le Ministre, c'est parce que nous croyons fermement à l'importance de notre rôle dans le fonctionnement de l'école publique pour la réussite de nos élèves. Le référentiel-métier de décembre 2014, qui définit les compétences nécessaires à notre action et surtout les responsabilités qui nous incombent, est mis à mal par la réalité de nos gestes quotidiens qui se résument désormais à un intense, long, et compliqué travail de secrétariat : élections au Conseil d'école, PPMS, DUER, réunions fréquentes avec les municipalités ou les familles, PEDT, Conseil école-collège, AFFELNET, listes diverses à fournir à droite et à gauche, gestion lourde de l'intégration du handicap ou des élèves en difficulté, protection de l'enfance, livrets numériques, Onde, statistiques variées, agréments des parents pour certaines activités, Projet d'école... La liste ne s'arrête pas là.

Nous ne pouvons plus nous multiplier, notre efficacité en souffre. La suppression des contrats aidés dans les écoles où travaillait un personnel d'aide à la direction est une épreuve supplémentaire pour ceux d'entre nous qui se déchargeaient ainsi de tâches subalternes mais importantes pour nos écoles. Nous sommes d'accord avec vous sur l'efficacité aléatoire du dispositif et l'inintérêt d'emplois précaires et mal rémunérés. Néanmoins désormais ce sont toutes les Directrices et tous les Directeurs d'école de France qui se retrouvent seuls face à leurs énormes responsabilités.

La plupart d'entre nous travaillons dans de petites écoles. Nous sommes professeurs des écoles, nous avons une classe en charge, et nous devons en plus gérer notre école dans ses aspects les plus prosaïques : répartition des élèves, organisation et gestion des temps scolaires et passages aux temps périscolaires, accueil des nouveaux ou jeunes enseignants et des enseignants-stagiaires - avec un rôle important de soutien et de conseil -, la sécurité de tous surtout. En-dessous de trois classes - 16000 écoles - ce sont deux métiers à temps plein que le Directeur d'école doit exercer.

Les Directrices et Directeurs des écoles à fort effectif, s'ils ont parfois une décharge totale - c'est rare - de leur temps d'enseignement, ne sont pas mieux lotis qui se retrouvent seuls pour gérer leur école. Certaines grosses écoles ont un nombre d'élèves similaire voire plus important que certains collèges, qui sont eux sont pourvus d'un personnel administratif nombreux et compétent qui se charge du secrétariat ou de la surveillance. La Directrice, le Directeur, n'a personne pour l'aider, et doit passer la majeure partie de son temps devant un ordinateur à exercer une tâche de secrétariat. Nos autres missions, telles que définies dans notre référentiel-métier, passeront après... A nos yeux ce n'est ni efficace ni surtout dans l'intérêt de nos élèves, dont la réussite scolaire devrait pouvoir rester notre principale préoccupation.

Que peuvent faire les Directrices et Directeurs d'école devant l'inflation démesurée de ce qui nous est réclamé aujourd’hui ? Les injonctions diverses, qu'elles viennent de l'administration centrale de votre ministère ou des administrations locales, se superposent, se croisent, doublonnent parfois. Elles sont bien entendu toutes urgentes et indispensables. Nous sommes fonctionnaires, respectueux de la mission qui nous est confiée, alors nous obéissons. Mais nous sommes épuisés, stressés, au bord de la rupture. Beaucoup d'entre nous préfèrent renoncer, ou plus simplement hélas tombent malades. Ce n'est plus un malaise que nous ressentons quotidiennement devant la difficulté de notre métier, c'est un mal-être et une véritable souffrance au travail.

Simplifier nos tâches ? Nous n'y croyons plus, Monsieur le Ministre. Vos prédécesseurs en ont parlé, certains l'ont tenté. C'est une faillite et notre service n'a fait qu'empirer.

C'est pourquoi, Monsieur le Ministre, nous vous demandons de réfléchir profondément et rapidement à notre situation. Aujourd'hui les beaux discours même sincères, les demi-mesures et autres "pansements" ne sont plus de mise. Certains syndicats ont une idée claire de notre condition et des propositions à faire. Nous-mêmes également, GDiD, seule association nationale de Directrices et Directeurs d'école, travaillons activement depuis de nombreuses années à un changement de situation. Nous vous demandons de bien vouloir nous écouter avec attention. Votre arrivée récente à la tête de votre ministère est une opportunité, vous avez devant vous le temps et certainement l'élan, la volonté et l'énergie nécessaires à une évolution que nous appelons de nos vœux. Mais nous vous prions instamment, Monsieur le Ministre, de ne pas tarder, et d'ouvrir avec détermination ce chantier important pour l'avenir de notre école et la réussite de nos élèves.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de nos salutations respectueuses.

Isabelle LE GLAS ( Finistère), Alain REI (Bouches-du-Rhône) , Samuel AUXERRE (Puy-de-Dôme), Pierre LOMBARD (Alpes Maritimes), Pascal OUDOT (Côte d’or)

jeudi 28 septembre 2017

Un collègue nous écrit...

Un collègue nous a envoyé ce courrier, et nous a autorisés à le publier. J'en ai enlevé un ou deux détails trop personnels, mais sinon je n'y ai rien changé. Et il exprime très bien le ressenti de la plupart d'entre nous, ou de nous tous, quand il évoque notre lassitude, notre fatigue, l'impuissance et la frustration... Mais je lui laisse la parole:

"...
Bonjour le GDID, 

Je renouvelle mon adhésion sans hésitation, et ce depuis que j'occupe la fonction de directeur.

Je suis de ceux qui ont "perdu" leur EVS durant l'été. J'en mesure les conséquences : raide !

Ces dernières années les EVS passées par notre école ont toujours été d'une efficacité exemplaire. La dernière a pu trouver un contrat privé en CDI dès le mois de septembre.

Qui prétend que ces contrats aidés n'aboutissent à rien ? Pour mémoire, leur coût est estimé 3 milliards. Celui du CICE à 24 milliards et sans impact réel sur le taux de chômage...

Je suis également de ceux qui considèrent que leur présence n'est (n'était devrais-je écrire) qu'un pis aller. Ces emplois -qui nous rendaient de grands services- n'existent que parce que notre employeur ne nous donne pas le temps des missions qu'il nous assigne.

Ce temps de décharge qui nous fait défaut est devenu criant, lourd, usant (air connu et maintes fois repris sur votre site). Lors de notre réunion directeurs de début d'année, je m'en suis ouvert à l'IEN. Je lui ai rappelé que notre temps de travail a toujours largement débordé les horaires officiels. Mais qu'avec la disparition programmée des aides à la direction cela devenait critique. Je lui ai notamment demandé ce qui justifiait que mes soirées et mes week-end soient autant accaparés par tout ce que je n'arrivais pas à mener la semaine.

Je lui ai précisé que lors de ces réunions, les directeurs présents autour de la table faisaient "oui" de la tête -nous sommes de bons et sages élèves- mais qu’en coulisse, chacun avouait son impuissance à remplir sa fonction; qu'il s'en dégageait une frustration, une mésestime professionnelle. Que nous sortions de ces réunions toujours dépités, écrasés par la masse de travail qui s’ajoutait invariablement à chaque rentrée. Et aucunement une réunion d'où l'on ressort motivé, enthousiaste, prêt à mobiliser les personnels, les élèves, les partenaires...

Heureusement d'autres collègues ont appuyé mes propos. L'IEN s'est dit conscient de cette charge qui ne fait que croitre, de ce trop plein pour les directeurs mais aussi pour tous les corps qui composent l’EN. A nous de comprendre à demi mots qu'il en est victime également. Je lui ai demandé si la DASEN et ses services avaient idée de ce que leurs inlassables injonctions, enquêtes, mails en tous genres provoquaient dans notre quotidien. Il m’a assuré que oui. J’en doute profondément.

Un exemple ? Une responsable DSDEN Base Elèves m’a appelé cette semaine. Il y avait un conflit entre leurs saisies et les miennes pour certains nouveaux élèves. Dans notre échange, je lui ai glissé que la mise à jour des fiches de renseignements m’a demandé pas loin de 5 heures. « Ah bon, mais votre décharge ne suffit pas pour le faire ? ». Comment lui expliquer que ce temps sert à toute autre chose qu’à être planté devant l’écran ? Que j’ai en charge la sécurité des bâtiments, leur équipement, les commandes, les projets, les AVS, les intervenants, les partenaires, les collègues, les parents, les élèves à besoins particuliers, les finances, l’animation d’une équipe, les mails, les enquêtes, les appels téléphoniques, le courrier (…) en 1 jour 1/3.

Mais passé ce constat ? Quelle suite ? L’IEN n’a rien à proposer…alors cette course sans fin continue.

Nous avons appris à supporter l’insupportable.

Une petite anecdote. J’habite au pied des montagnes qui sont mon terrain de jeu. Il m’arrive de me réjouir d’une mauvaise météo qui me cloue à la maison : je vais pouvoir mettre à jour la classe, l’école… Parce qu’en plus, la direction, ça peut rendre con ! Enfin moi.

Je sais tout ce que le GDID a contribué à faire évoluer pour la fonction. J’en bénéficie (l’accès + rapide à la hors classe; le tiers de décharge ; le référentiel métier, les différents guides administratif…), les discussions en cours avec le nouveau ministère. Mais l’exaspération est bien présente, pressante même.

Je me questionne sur ce qu’il y a lieu de faire pour aller au-delà de la négociation qui dure depuis si longtemps. Comment s’opposer, agir, se défendre pour bousculer cet anachronisme qu’est la direction d’école en 2017. Sur le temps de décharge, sur l’autonomie financière et juridique, sur un statut d’établissement et par ricochet sur celui du directeur… la liste est longue.

J’arrête de vous assommer de mes doléances un dimanche soir. Une tisane « nuit paisible », une Lexomil et au lit.

Bien confraternellement.

XXX
..."

lundi 25 septembre 2017

Quelle gouvernance pour le 1er degré ?

Le GDiD s'est associé au Sgen-CFDT et à la CFDT pour organiser un colloque le mercredi 15 novembre prochain à Paris. Son thème? La gouvernance du 1er degré bien entendu!


Le débat sur de la gouvernance du 1er degré n’est pas nouveau en France, porté en particulier par le GDiD qui depuis quinze ans travaille sur la question. Aujourd'hui il est associé à la notion d’autonomie, qu'on entend mise à toutes les sauces sans qu'hélas jamais aucun contour ne soit même esquissé pour les écoles. Il est temps, plus que temps, de rappeler à quel point la question est désormais cruciale si la réussite de chacun de nos élèves est réellement au cœur du projet de notre société.

De nombreux intervenants animeront la journée de travail et les tables rondes: Corinne Heckmann (OCDE), Olivier Rey (Ifé), Jean-Paul Delahaye, Yves Dutercq, George Pau-Langevin, etc

Le programme...

Le colloque se tiendra le 15 novembre prochain dans la Salle du Conseil National Confédéral de la CFDT, 2 Bd de la Villette à Paris. Dix à quinze place sont disponibles pour les membres du GDiD. Si vous êtes intéressé, contactez directement Alain Rei (cordonnées sur http://gdid.education/index.php/contact/).

A lire aussi sur le site du Sgen-CFDT.

dimanche 17 septembre 2017

Suppression des aides à la Direction...

Au préalable, il faut rappeler toutes les réserves que le GDiD avait posées lorsque qu’on a prétendu solutionner le problème des Directrices et Directeurs d’école par l’adjonction d’emplois aidés. Mais leur suppression brutale, sans aucune compassion ni compensation et avec comme seule explication le souci économique, montre combien la volonté affichée d’aider les directrices et les directeurs n’était que de la poudre de perlimpinpin !

Malheureusement, constater que les EVS ne sont pas la solution, ne donne pas la solution… La situation professionnelle des directrices et directeurs est à ce point malmenée que le discernement devient difficile et envisager le moyen terme trop laborieux. Dès lors, l’octroi d’un EVS représente un espoir de pouvoir survivre à l’asphyxie par paperasse bureaucratique. Pourtant…

• D’abord, l’humain :

La façon dont l’administration, celle qui est censée nous protéger, joue de ces affectations dans les écoles est effrayante et fragilise le peu de confiance qu’on pouvait encore lui accorder. Nous avons tous eu à vivre le déchirement du départ de l’EVS au bout de ses 2 ans non-renouvelables. Les liens professionnels se sont tissés, élèves, parents, enseignants, élus reconnaissaient la « secrétaire de l’école ». L’Agent avait démontré son efficacité et l’importance du poste… Ben, Ciao ! retour à Pôle Emploi et on recommence à zéro avec un autre.

Que dire lorsque cette séparation nous est imposée subitement avec la violence de l’argument budgétaire ? Certainement pas qu’il faut recommencer !

Le GDiD tient ici à remercier tous les EVS pour leur investissement dans nos écoles et nous leur exprimons notre entière solidarité pour qu’enfin soit reconnu et pérennisé le poste d’un Agent Vie Scolaire dans chaque école. Nous exigeons l’interdiction de rupture unilatérale de ces contrats avec la mise en place de préavis et d’accompagnement vers d’autres solutions.

• Ensuite, la formation :

Par la diversité des tâches et par celles de ses contacts, l’école est le lieu de formation par excellence. Bien entendu que l’on peut accueillir des personnes en recherche d’emploi et leur fournir une expérience professionnelle qualifiante ! Mais pour cela il faut être clair sur son statut, celui de l’école et celui de son directeur. Dans le premier degré nous sommes très loin du compte.

Il existe beaucoup de collèges à 100, 200 voire 300 élèves. Quel est le principal qui accepterait que son secrétariat soit tenu par un emploi précaire ?

L’Emploi Aidé se forme, donc il est en surnombre avec un tuteur, son contrat est qualifiant et si le poste est pérenne on doit lui proposer un CDI. On entend beaucoup l’exemple de ce Maire qui ferme le restaurant scolaire faute d’Emploi Aidé… Il oublie juste qu’il est de sa responsabilité d’embaucher le personnel indispensable pour faire fonctionner ses services. Lui aussi est dans l’argument « économique », sauf que si le recours à ce type de contrat allège les finances municipales, cela alourdit nos dépenses sociales, fragilise l’emploi et, bien pire, les personnes.

Pour l’école c’est pareil. Des emplois statutaires sont indispensables à l’accompagnement de la vie scolaire. Quand on prétend donner une priorité au Primaire, cela doit se traduire par des lignes budgétaires supplémentaires. Ben, pas chez nous. Quand nos décideurs s’aperçoivent de leur carence en termes de formation des EVS, ils demandent aux directeurs d’assumer le rôle de tuteur (les EVS ont-ils vocation à devenir directeur ? Sommes-nous qualifiés pour le conseil en secrétariat ?) et de remplir le document validant leurs acquis… tâches attribuées à un chef de service, sans moyen supplémentaire, même pas celui de la reconnaissance pourtant si peu cher.

Peut-on imaginer un collège fonctionner sans encadrement autre que les enseignants ? Sans pions, sans secrétariat, sans factotum.. ? Non, bien sûr ! Alors pourquoi l’accepter dans nos écoles où toutes les scolarités se jouent ? Pourquoi s’entêter à conserver un système vieux de près de deux siècles, obsolète et déficient ? Système où l’on pourvoit des postes avérés par des précaires employés par d’autres, système où l’on rétribue très mal les enseignants (un des plus bas salaires de l’OCDE) ? Un système où le mot « établissement » n’est que synonyme de « bâtisse » sans contenu juridique (l’école est la seule structure accueillant du public à ne pas avoir de statut) ? Un système enfin qui, malgré les textes règlementaires qui précisent le sens des mots, s’obstine à refuser au directeur le statut de … directeur.

• Enfin, les solutions :

Elles existent et avaient commencé à se mettre en place, mais elles n’ont pas résisté au jeu de chaises musicales des ministres…

- Principe 1 : refuser que des emplois constants soient tenus par des personnels précaires.
- Principe 2 : l’appel éventuel à du personnel précaire se déroule dans les conditions humaines et professionnelles acceptables.

1) l’école doit se doter d’un statut d’établissement, statut qui lui permet l’autonomie indispensable à l’efficacité pédagogique. Tout le monde défend l’autonomie pédagogique de l’enseignant, mais une école ne peut-être que la somme de ses autonomies. L’école doit pouvoir construire un projet qui met en adéquation les consignes nationales et les contingences locales. L’école doit avoir les moyens, budgétaires et humains, de faire vivre son projet.

2) le directeur d’école doit être reconnu pour ce qu’il est : le responsable de l’organisation, des biens et des personnes, mais pas que… Le pilote pédagogique et l’interlocuteur des acteurs locaux. Sa relation professionnelle avec ses « adjoints » enseignants doit être précisée, mais, comme il a autorité sur le personnel non-enseignant (décret 89) il doit pouvoir embaucher des agents de vie scolaire et organiser la formation d’adultes (comme cela est prévu pour le personnel enseignant).

Si on continue à traiter par des moyens hypocrites l’écume des choses quand ça déborde (emplois aidés, rythmes scolaires, PDMQDC ou dédoublement…), on ne fera qu’amplifier les carences du système et le mal-être de ceux qui y travaillent. Malheureusement les premières postures des uns et des autres n’appellent pas à l’optimisme. Notre ministre est en train de reconstruire un clivage qui a déjà paralysé toute évolution dans le premier degré (il n’y a qu’à constater le déclassement des enseignants). On voit bien chacun retourner à ses ritournelles avec une facilité coupable alors que c’est par l’audace et la conviction qu’il faudrait nous mobiliser. Seul un projet ambitieux peut rassembler la profession. Ce projet ne peut être copié sur l’école du siècle dernier, ni sur celui d’avant, ni sur la conservation de l’existant avec « un peu plus de... ». Nous devons nous inspirer de ce qui marche ailleurs et nous servir de l’expérimentation pour progresser. Ailleurs les salaires sont plus haut, les écoles ont un statut juridique et leur directeur est reconnu comme tel !

Le GDiD tient toujours son bâton de pèlerin. Nous continuons notre marche vers l’avant en cherchant, par notre conviction, notre connaissance du dossier, le rassemblement le plus large autour de la reconnaissance concrète du métier de directeur d’école. Même si on sait que la période pré-électorale professionnelle qui arrive mettra notre capacité à l’ouverture à rude épreuve, soyez certains qu’avec votre soutien nous ne lâcherons rien.

Le 15/09/2017,

Isabelle LE GLAS ( Finistère), Alain REI (Bouches-du-Rhône) , Samuel AUXERRE (Puy-de-Dôme), Pierre LOMBARD (Alpes Maritimes), Pascal OUDOT (Côte d’or)

PS:
Parce que l’association n’est dotée d’aucune décharge fournie par le ministère, parce qu’elle ne touche aucune subvention, le seul financement permettant de continuer à défendre les Directrices et Directeurs d’école, c’est la cotisation de nos membres. Vous voulez que notre métier soit reconnu ? Vous êtes les seuls qui se sentent concernés. Unissons-nous pour nous aider nous-mêmes ! Adhérez : http://gdid.education/index.php/adhesion/

dimanche 3 septembre 2017

Le GDiD dans la presse...

Après "Le Monde" ou CNews (voir plus bas dans ce blog), Alain Rei est aussi dans le dernier numéro de "Challenges"... notre président fait feu de tous bois en ce moment! Il faut noter que c'est la première fois que le GDiD est autant sollicité par les médias. Ce qui prouve bien que nous devenons difficilement contournables.


Deux choses dans ce numéro 531 du magazine, un article de fond (qui hélas n'apparait pas sur le site du magazine) et un entretien avec le ministre Jean-Michel Blanquer. Ce qui est bien dans l'article de fond de Laurent Fargues, c'est qu'Alain est cité en dernier, et comme c'est le dernier qui cause qui a raison dans notre mémoire défaillante... Et puis, cet article sera certainement attentivement lu par le ministre ou son cabinet, le GDiD devrait donc un peu plus encore être pris en considération, et ce n'est que ce que souhaitons!

Voici donc la fin de l'article, et la citation claire d'Alain Rei:

"(...) "Le mieux serait de laisser le choix aux écoles entre dédoublement et deux maîtres dans la classe", tranche Alain Rei​, président de l'association de directeurs d'école GDiD. "Ce serait d'ailleurs plus cohérent avec le discours du ministre sur l'autonomie des établissements." Depuis sa nomination, Jean-Michel Blanquer ne cesse en effet de louer la liberté et l'initiative des proviseurs et enseignants sur le terrain. Quand il était recteur de Créteil entre 2007 et 2009, il avait d'ailleurs multiplié les expérimentations. L'avenir dira si, devenu ministre, il est capable de lâcher la bride. En toute confiance."

Effectivement, nous verrons. Et peut-être très bientôt si le cabinet du ministre respecte sa parole de nous accorder un nouveau rendez-vous prochainement.

mercredi 30 août 2017

Lettre aux membres - Août 2017

DES NOUVELLES ... MAIS PAS QUE !


Nous ne pouvons pas nous cacher, ni vous cacher, nos difficultés. C'est certainement le propre d'une association, qui ne vit que par le travail bénévole de ceux qui en font partie. Depuis près de vingt ans qu'existe le GDiD, les têtes ont changé, les investissements ont été forts, chronophages et énergivores. Beaucoup sont partis, la plupart fatigués, en retraite pour certains, ou pour des divergences d'opinion, ou pour s'investir dans d'autres combats, après des années de lutte opiniâtre. C'est normal, c'est la logique de la vie associative : si l'objectif est le même, les opinions sont évidemment différentes quant aux moyens pour y parvenir. Et puis, on a le droit de ne pas s'entendre avec tout le monde. Ce n'est pas grave, tant que le GDiD persiste... et signe !

Nos revendications n'ont pas changé. Et pourtant, que de réussites ! Que de progrès ! Ne vous leurrez pas, c'est bien notre incessant lobbying auprès de vous, Directrices et Directeurs d'école exténués et parfois désespérés, comme auprès des syndicats et du ministère, qui ont apporté les quelques avancées que nous connaissons depuis une dizaine d'années. Je n'en veux pour preuve que l'évidence aujourd'hui pour tous nos interlocuteurs de l'importance du Directeur dans le fonctionnement correct des écoles ou l'application des textes. Mais que de lenteurs! Que de réticences encore! Et puis, soyons conscients et honnêtes, si nous avons aujourd'hui obtenu (et c'est bien un de nos succès collectif) un statut spécifique reconnu - oui, le référentiel-métier en est la base institutionnelle -, pour autant il n'a aucune autre existence légale, aucun nom, aucune traduction administrative. Par charité, je n'évoquerai même pas nos conditions de travail...

Je connais quelques écoles avec un nombre ahurissant de classes, d'enseignants et d'élèves. 17 classes en REP, 20 classes, 500 élèves... Les collègues Directrices et Directeurs qui s'en occupent ont-ils un secrétariat ? Un adjoint ? Un CPE ? Un documentaliste ? Des assistants d'éducation ? J'en passe et des meilleures. Certains collèges ont autant ou moins d'élèves que certaines ou certains d'entre vous. Et soyons clairs : aujourd'hui encore, tout le monde s'en fout.

Pas nous.

Comme vous nous sommes Directrices ou Directeurs, comme vous nous avons une équipe en charge, la responsabilité des locaux et des élèves, la communication avec tous nos partenaires (mairie, parents, …), le courrier, les mails, les AVS, le portail, … et souvent une classe en plus.

Nous continuons, nous persistons. Le Directeur d'école de 1870 ne peut plus être celui de 2017. Nos responsabilités, nos devoirs, notre travail, sont devenus insupportables. Entre PPMS, PEDT, Projet d'école, ..., ou simplement la vie et le bien-être de nos élèves, nous sommes aujourd'hui les esclaves consentants d'un système à bout de souffle. Quoique, consentants... Vous êtes partie prenante d'une association qui se bagarre pour que cesse cette situation, ce qui signifie que vous voulez aller au-delà et ne pas laisser cette situation inextricable à ceux qui nous suivrons dans notre désir de faire simplement "fonctionner" nos écoles, et surtout réussir nos élèves - car c'est bien pour cela que nous le faisons, ce boulot, au détriment de notre famille ou de notre santé -. Alors ce courrier qui fait suite à la réunion du bureau le 23 août dernier n'a pour objectif premier que de vous faire savoir qu'en dépit de nos difficultés nous ne lâchons rien, et nous ne lâcherons rien. Aujourd'hui nous sommes rejoints par plusieurs centrales syndicales qui approuvent et soutiennent notre travail. Mais il faut concrétiser nos revendications. Nous ne pouvons pas vous assurer que ce sera le cas dans les temps qui viennent, mais sans rien dire et sans rien faire ce serait pire. Alors...

Nous vous souhaitons un bonne année scolaire 2017-2018, avec l'espoir qu'enfin les Directrices et Directeurs d'école obtiennent un statut.

Nous GDiD, nous militons depuis la création de l'association pour la reconnaissance statutaire du métier de Directeur d'école.

Les avancées auxquelles le GDiD a contribué :

Être :
- le référentiel métier ;
- le protocole de simplification des taches ;
- la formation accrue ;
- la mise en place des Directeurs Vie Scolaire ;
- les directeurs tuteurs ;
- les 16 engagements du ministère pour les directeurs d'école.

Avoir :
- l'obtention du point supplémentaire pour l'accès à la H.C. ;
- l'amélioration de certaines décharges ;
- l'accès dans les 80% à la classe exceptionnelle.

Bien sûr toutes ces avancées sont des pierres - parfois encore branlantes - sur un chemin qui doit nous mener beaucoup plus loin. Tous les Directeurs d'école doivent avoir
- le temps nécessaire d'être Directeur par un allègement du service d'enseignement… mais pas que ;
- une formation renforcée et continue pour l'exercice de notre métier… mais pas que ;
- de meilleures avancées de carrière… mais pas que ;
- une reconnaissance financière améliorée et à la hauteur de notre métier… mais pas que ! 

Car surtout il nous faut la reconnaissance que nous sommes des Directrices et Directeurs d'école responsables et compétents, que c'est notre métier et que ce métier mérite un statut spécifique. La réussite de tous nos élèves en dépend !

Des nouvelles de nous :

Après une année techniquement chaotique pour nos outils de communication (en autre l'impossibilité nouvelle d'envoyer directement des mails aux écoles), nous avons été amenés à un énorme travail de restructuration qui se poursuit.

A votre service, nous mettons en place (ENREGISTREZ DANS VOS FAVORIS !)
- le site : http://gdid.education/ pour retrouver à terme la documentation utile ;
- ce présent blog : https://legdid.blogspot.fr/ pour suivre les informations ;
- un groupe Facebook : https://www.facebook.com/groups/563530016991429/ pour échanger/discuter (attention ! L'ancienne adresse n'est plus notre page officielle) ;
- un courriel contact@gdid.education pour nous joindre ;
- des numéros de téléphone pour aider nos adhérents, que vous trouverez sur le site…

Nous programmons également la tenue d'une A.G. autour des vacances de printemps de cette année scolaire.

Après avoir écrit au nouveau ministre, l'association a été reçue dès le mois de juin au ministère. Nous continuons le travail avec lui et demandons une reconnaissance officielle afin de pouvoir communiquer avec les écoles et les Directeurs.

L'association est régulièrement consultée sur des sujets touchant le premier degré, débouchant sur des articles de presse (AEF, Le Monde, CNews – voir le billet précédent- ...).

Enfin, en partenariat avec le Sgen-Cfdt, nous participerons à un colloque sur la gouvernance du premier degré durant le premier trimestre de cette année… (informations à suivre).

Parce que l'association n'est dotée d'aucune décharge fournie par le ministère, parce qu'elle ne touche aucune subvention, le seul financement permettant de continuer à défendre les Directrices et Directeurs d'école, c'est la cotisation de nos membres. Vous voulez que notre métier soit reconnu ? Vous êtes les seuls qui se sentent concernés. Unissons-nous pour nous aider nous-mêmes ! Adhérez : http://gdid.education/index.php/adhesion/ ou dans la colonne de droite de ce blog.

Le 23/08/2017, à Paris
Isabelle LE GLAS ( Finistère), Alain REI (Bouches-du-Rhône), Samuel AUXERRE (Puy-de-Dôme), Pierre LOMBARD (Alpes Maritimes), Pascal OUDOT (Côte d'or)